Faut-il investir dans le neuf ou dans l’ancien ?

Faut-il investir dans le neuf ou dans l’ancien ? Cette question revient souvent en marge d’un investissement immobilier ou d’une accession à la propriété. Voici quelques idées efficaces présentant les avantages et les inconvénients dans chacune des options.

Les avantages d’investir dans l’ancien

Faut-il investir dans le neuf ou dans l'ancien ?

Pour déterminer son choix en ce qui concerne l’achat dans le neuf ou dans l’ancien, il est important de déterminer en avance les forces ainsi que les faiblesses de chacune de ses catégories, à débuter par l’immobilier ancien. En effet, ce marché a l’avantage d’offrir une grande diversité de biens localisés en centre-ville, le parc étant plus varié. Aussi, l’achat dans l’ancien permet à l’acquéreur de s’installer dans sa toute nouvelle habitation dès le troisième mois selon la conclusion du compromis de vente.

Investir dans l’ancien permet également de bénéficier d’un tarif moins élevé par rapport à celui dans le neuf. L’acheteur a même le droit de demander une décote supplémentaire concernant le prix de vente, quand les travaux d’aménagement sont encore indispensables pour rendre le bien habitable.

Selon les travaux prévus, vous pouvez également profiter des prêts réglementés à savoir le prêt éco-PTZ. Le seul bémol concerne les charges courantes plus élevées surtout si le bien ne respecte pas les normes d’isolations en vigueur que ce soit en termes acoustique ou thermique.

Le plus dans l’achat dans le neuf

Avec l’immobilier neuf, on ne rencontre pas de problème de charges courantes importantes. Les biens de ce secteur respectent en effet les normes en vigueur tant en sécurité des installations prévues par la RT2012 qu’en matière de performances énergétiques. En outre, l’acheteur bénéficie de garanties de parfait achèvement et aussi de la garantie décennale de la part des artisans et du constructeur. Autre avantage, en dépit du coût élevé d’un logement neuf, ce dernier est éligible aux dispositifs de réduction d’impôt à savoir le dispositif Censi-Bouvard et la loi Duflot. De ce fait, si l’acquéreur est primo-accédant, il peut accéder parfaitement au dispositif PTZ+.

Néanmoins, l’immobilier neuf pâtit de quelques bémols, dont le manque de programmes accessibles au budget des particuliers en ou près des centres-villes. Il convient donc à l’acheteur de bien peser le pour et le contre pour chacun de ces marchés. La décision adéquate appartient également à l’acheteur selon son budget et ses objectifs d’investissement.